Devenez des « consom’acteurs » 

consom'acteur-consommer-responsable

Vous avez forcément déjà entendu parler de ce nouveau concept : les consom’acteurs !

Il s’agit d’une nouvelle terminologie constituée à partir des mots « consommateur » et « acteur » pour désigner un consommateur qui n’accepte plus passivement les biens et les services qu’on lui propose. Consumériste averti, ce consommacteur (ou consom’acteur) est exigeant et n’hésite plus à contester le pouvoir des marques, allant jusqu’au boycott si cela lui semble nécessaire.

Naturellement plus engagé, il est plus sensible aux caractéristiques responsables, éthiques et équitables des produits proposés.

Eric Rémy (Professeur en Marketing Comportement du consommateur) précise que : « Le consom’acteur est un individu qui prend conscience de son rôle et de son importance en faisant de la consommation un acte politique. Contrairement au militant, il peut le faire de manière individuelle et de façon ponctuelle ce qui n’est pas sans poser des problèmes lorsque l’on veut l’approcher, car potentiellement les consom’acteurs sont très nombreux. »

Au-delà de ces lignes un peu théoriques je vous l’accorde, c’est une philosophie de vie, une façon de penser et de consommer qui se répand de plus en plus.

Aujourd’hui nous avons 2 principaux modes de consommation qui s’offrent à nous : la grande consommation (hypermarchés, achats en masse) ou la consommation raisonnée (que prônent les magasins bio et en vrac principalement).

De façon très schématique, les marques distribuées en grandes surfaces nous incitent à acheter des produits dont nous n’avons pas besoin (par le biais de la publicité notamment) et nous créent des besoins. Pour mieux vendre, il faut un packaging sympa, fait de suremballage et plastiques en tout genre. Cette consommation est néfaste à l’environnement mais aussi à notre santé : la compétition sur les prix oblige notamment le monde de l’agroalimentaire à baisser la qualité des produits. La plupart des produits ajoutés aux plats vendus en grandes surfaces contiennent des produits dangereux pour la santé (comme le nitrite de sodium). D’un autre côté, la facilité d’accès des supermarchés et l’attractivité de leur prix nous attirent de façon naturelle.

En face, nous avons les réseaux courts (locaux) et plus sains, représentés par les magasins bios, les marchés locaux, les magasins en vrac… qui eux se concentrent davantage sur la qualité des produits, leur origine et leur composition. Non seulement ils prennent en compte l’aspect « santé » du produit mais aussi son empreinte écologique.

En tant qu’être humain, nous avons besoin de nous nourrir, de nous acheter des biens, de vivre tout simplement, et cela passe par des achats. Nous pouvons réduire nos besoins, mais en partant du principe que vous voulez garder la même qualité de vie, vous pouvez tout de même choisir entre ces deux modes de consommation.

Le premier (achats de masse) participe à la pollution de notre planète et laissera un monde moins beau que le nôtre à nos enfants. C’est une solution de facilité car la société actuelle nous a fait prendre ce pli. Comment faisaient nos grands-parents sans les supermarchés ? Ils ne s’en portaient pas plus mal, et pourtant ils avaient une vie autant voire plus remplie que la nôtre : travail, enfants, et pas d’internet ni robot ménager…

Le deuxième mode (mode plus écologique), nous demande de repenser un peu notre façon de nous organiser, et aussi de répartir autrement notre budget.

Les consomm’acteurs rentrent bien évidemment dans la deuxième catégorie et œuvrent pour un monde meilleur.

Pour ma part, c’est en réfléchissant au mode de vie de mes grands-parents que j’ai fait mon choix. S’ils ont pu vivre une longue vie heureuse en allant au marché, en mangeant des plats maison et en se mouchant dans des mouchoirs en tissu, alors moi aussi !

Depuis quelques mois, j’opère une douce transition dans ma façon de consommer : une façon beaucoup plus réfléchie et raisonnée qu’avant. Pour ne pas me dégouter, tout ceci se fait progressivement mais ma vie aujourd’hui est bien différente de ma vie d’il y a un an. Je vous liste ci-dessous quelques-unes de mes actions pour tendre vers ce nouveau mode de consommation :

  • Préférer les circuits courts et locaux
  • Emmener systématiquement mes sacs en tissu dans n’importe quel magasin et refuser le suremballage
  • Acheter mes graines, féculents et légumineuses en vrac en apportant mes bocaux en verre
  • Ne plus utiliser de produits ménagers industriels ni de sopalin
  • Réduire ma consommation de viande et privilégier de la viande bio
  • Ne plus utiliser de cosmétiques/soins industriels mais opter pour des huiles végétales et huiles essentielles
  • Me soigner principalement grâce à la naturopathie (méthode douce à base de produits naturels)
  • Refuser les produits dont je n’ai pas besoin
  • Ne pas tomber dans la surconsommation (notamment pour les vêtements) et préférer la qualité à la quantité
  • Ne plus acheter de bouteilles d’eau mais utiliser des gourdes
  • Pour les aliments à acheter, préférer les emballages en carton recyclé ou en verre…

Comme vous pouvez le constater, ces petits gestes pris indépendamment les uns des autres sont simples à mettre en place et très peu contraignants.

Niveau budget, il est certain que c’est un mode de consommation qui est plus couteux : les produits bios, vendus en circuits courts et de qualité sont plus chers que nos produits au prix négocié en grandes surfaces. Et pour autant vous allez faire des économies ! Je m’explique : ne plus acheter de produits ménagers inutiles ou de soins industriels va vous dégager une grosse somme d’argent. Ajoutez à cela le fait de ne plus craquer pour des gadgets ou produits inutiles. De plus, le fait-maison revient bien moins cher que l’achat de plats préparés !

Bilan de l’opération : vous êtes plus écologiques, vous avez un mode de vie plus sain, vous valorisez l’économie locale, vous faites des économies… Les avantages à devenir un consom’acteur sont donc multiples et devraient vous inciter à franchir le pas en douceur.

Au-delà de la consommation à proprement parlé, vous pouvez aussi vous investir dans la conception de produits plus sains, rejoindre des associations et parler de ces sujets autour de vous pour faire la différence. Chaque petite action compte, aussi solitaire soit elle, mais ce sont bel et bien nos actions combinées qui rendront à notre planète toute sa splendeur !

Partagez avec nous vos petites actions en commentaire !

Publicités

Publié par

Passionnée par la culture et la nature ! Je partage avec vous des astuces, des pensées, des découvertes, des voyages et autres coups de cœur autour de la culture et du naturel.

2 commentaires sur « Devenez des « consom’acteurs »  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s