La pilule : révolution ou poison ?

pillule santé

Ah ne me lancez pas sur ce sujet ! Trop tard…

La pilule est un sujet complexe mais qui mérite qu’on en parle un instant car il concerne un très grand nombre de femmes et n’est pas notre meilleure amie.

Le moyen de contraception le plus connu et prescrit

Que ce soit à l’adolescence ou à l’âge adulte, une femme à la recherche d’un moyen de contraception fiable et durable se voit prescrire une pilule. Il en existe toute une panoplie : différentes « générations » de pilule, différents dosages, différentes couleurs… Bref, ce n’est pas le choix qui manque.

C’est devenu un réflexe pour les médecins généralistes : contraception = pilule. Pour peu que vous ayez en plus quelques boutons d’acné (normal à l’adolescence), alors la pilule vous est toute indiquée.

On vous donne alors à prendre un petit cachet par jour, sans vous expliquer ce que va changer cette prise pour vous ni les risques associés, ni les autres moyens de contraception existants sur le marché. Le manque d’information aujourd’hui est inquiétant. Des sites et fascicules sont mis à disposition des adolescentes en leur expliquant la nécessité de se protéger (une très bonne initiative), et en leur expliquant le cycle menstruel, la prise de pilule et ses effets « positifs ». Si la pilule a été une révolution à une époque où les moyens de contraception n’étaient pas aussi diversifiés ni fiables qu’aujourd’hui, elle est devenue un incontournable dans la vie des femmes. Or, nos vies aujourd’hui sont différentes de la vie de nos grands-mères !

Nous vivons dans un monde pollué, nous ne mangeons pas forcément sainement ni bio, nous sommes stressées, certaines peuvent fumer/boire…. Ces éléments ne sont pas neutres et viennent décupler les effets négatifs de la pilule.

Comment agit la pilule sur notre organisme?

Ce qu’il faut bien avoir en tête, c’est que prendre la pilule est tout sauf un acte « naturel ». Il s’agit d’hormones qui vont bloquer l’ovulation et recréer un « faux » cycle pour berner notre organisme. Comme il n’y a pas d’ovulation naturelle, il ne peut pas y avoir de fécondation, et les « fausses » règles sont généralement moins douloureuses et abondantes. Dans le même temps, en modifiant nos niveaux d’hormones, on évite les pics et ainsi la sécrétion de sébum associée aux éruptions cutanées. Tout cela séduit forcément les adolescentes !

Et les effets dans tout ça?

Mais toutes ces choses non naturelles que nous absorbons au quotidien ont des effets sur notre organisme : certaines femmes n’arrivent pas à tomber enceinte après une longue prise de pilule car leur corps n’est plus capable de retrouver un rythme normal, d’autres constatent une perte de libido, des migraines… Ce corps étranger est de plus en plus mal toléré et cause d’ailleurs des maladies cardiovasculaires et des maladies hépatiques.

Dans deux articles précédents (« La naturopathie : la médecine de demain » & « Le foie : cet organe peu connu qui vous veut du bien »), nous parlions du foie, qui est un des émonctoires de notre organisme. C’est typiquement l’organe dont personne ne parle jamais mais qui subit directement les effets négatifs de la pilule. Ce médicament reste un corps étranger, donc une toxine, que notre foie va vouloir éliminer. La prise quotidienne va contraindre notre foie à sans cesse éliminer la même substance (en plus de toutes les autres tâches pour lesquelles nous le sollicitons très activement au quotidien).

Et voilà comment on se retrouve avec des problèmes de foie sans comprendre d’où cela peut venir. Dans mon cas, m’a pilule m’a intoxiquée pendant près d’un an avant que l’on fasse le lien entre mes symptômes et la raison. Mon foie a été très endommagé, tout comme tous les autres organes liés à mon foie. Fort heureusement, il s’agit d’un organe fort qui a pu se régénérer avec le temps, l’aide précieuse d’un naturopathe et un régime alimentaire adapté.

L’éducation des médecins et des jeunes femmes avant tout !

Je pense qu’il est temps qu’on explique aux jeunes femmes que la pilule n’est pas une fatalité, ni les hormones de synthèse de façon générale. On parle peu du DIU (dispositif intra utérin) en cuivre, qui est une solution parmi tant d’autres pour les femmes qui ne souhaitent plus être dépendantes d’une solution hormonale. Nous entendons encore beaucoup d’idées reçues à ce sujet comme quoi ce dispositif rend stérile, mais c’est faux. La médecine a fait de gros progrès dans ce domaine notamment et aujourd’hui il existe des stérilets pour les « nullipares » (soit les femmes qui n’ont jamais eu d’enfant), plus petits et complètement adaptés.

Parlez-en à votre médecin, faites vos propres recherches sur internet car chaque femme est différente et a le droit à une solution qu’elle choisit en connaissance de cause. Tout comme la pilule, le stérilet n’empêche pas la transmission de maladies sexuellement transmissibles et une protection adaptée doit être prévue.

Si vous avez également une expérience à partager liée à la prise d’une pilule, n’hésitez pas à en parler en commentaires.

Publicités

Publié par

Passionnée par la culture et la nature ! Je partage avec vous des astuces, des pensées, des découvertes, des voyages et autres coups de cœur autour de la culture et du naturel.

Un commentaire sur « La pilule : révolution ou poison ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s